La vie, le vécu

Catherina Türk

La vie est une notion simple en apparence seulement. Au XVIIème siècle LOCKE le remarquait: » Il n’y a point de terme plus commun que celui de la vie, et il se trouverait peu de gens qui ne prissent pour un affront qu’on leur demande ce qu’ils entendent par ce mot[…] Cependant il est aisé de voir qu’une idée claire, distincte et déterminée n’accompagne pas toujours l’usage d’un mot aussi connu que celui de vie. »

Je vais retranscrire les propos d’Alex LAINE, docteur en sciences de l’éducation dans son livre « Faire de sa vie une histoire ».

La notion de vie est une notion complexe située au carrefour de plusieurs routes:

la biologie: le Littré définit la vie comme « l’état d’activité de la substance organisée »

la métaphysique: Là où la métaphysique entre en scène, c’est lorsque la réflexion sur la « substance organisée » nous amène à nous poser la question du « premier moteur » de la source qui a insufflé la vie, qui pose la question de ce qui a « animé » la substance. Ces résonnances métaphysiques pose la question de l’origine absolue, celles dont nos parents sont eux mêmes issus, celle qui est source de tout à savoir la question de l’existence d’un Dieu. Cette question de l’origine de tout, est rarement posée explicitement. Elle l’est lorsque la notion de vie est subitement réintroduite lorsque survint l’inévitable de son contraire à savoir la mort.

la psychologie phénoménologique et existentielle: Au regard des notions métaphysique évoquées plus haut, intervient les questionnements et les enjeux existentiels touchant à cette notion de vie et qui va lui donné toute sa rondeur: l’idéalisation, les investissements affectifs, mythiques, et mystiques. La vie est non seulement une réalité mais aussi un mot auquel on tient, un mystère que l’on ne considère pas de manière distanciée comme on le ferait avec une autre notion.

La notion de vie est donc loin d’être transparente.

Si l’on s’en réfère au Littré, la vie est l’espace-temps qui s’écoule entre la naissance et la mort.

Composée d’évènements singuliers, pourrait on rajouter.

De Vécu.

Comme nous l’écrit Alex LAINE, la principale caractéristique de la vie est une masse, diversité d’évènements et d’expériences vécues qui adviennent chaque jour et ne cessent d’augmenter. mais en dehors de leur place dans la chronologie, ces évènements ne dessinent ni ordre logique strict, ni signification claire et rationnelle.

L’évènement, surtout dans sa dimension d’inattendu, de surprise par rapport à l’ordinaire du quotidien n’est jamais, nous dit Alex LAINE, immédiatement intelligible. Pas plus que les sentiments qu’il déclenche. En effet c’est qu’au moment où je vis l’évènement, je ne dispose pas de recul temporel nécessaire pour en apprécier une portée qui par définition, se livre dans le futur.

Ce sont précisément, avec le recul du temps, le récit et surtout l’histoire qui vont faire apparaître le sens et la structure logique de ce qui n’est au départ que désordre pauvre en significations.

D’où l’importance comme nous le dit Alex LAINE, de Faire de notre vie une histoire!

Merci de m’avoir lu.

Virginie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s