Jean PIAGET , théoricien du développement cognitif de l’enfant

Jean PIAGET: de son nom complet Jean William Fritz Piaget, né le 9 août 1896 à Neufchâtel en Suisse et mort le 16 septembre 1980 à Genève, est un biologiste, psychologue, logicien et épistémologue suisse connu pour ses travaux en psychologie du développement et en épistémologie à travers ce qu’il a appelé l’épistémologie génétique (ou structuralisme génétique). L’éclairage qu’il apporte sur l’« intelligence », comprise comme une forme spécifique de l’adaptation du vivant à son milieu, sur les stades d’évolution de celle-ci chez l’enfant et sa théorie de l’apprentissage exerceront une influence notable sur la pédagogie et les méthodes éducatives. Il a obtenu plus de 30 doctorats dans différentes universités à travers le monde. Il fondera en 1955 le centre international d’épistémologie génétique. Il a rédigé une soixantaine de livres et plusieurs centaines d’articles.

Jean PIAGET se déclarait être constructiviste c’est à dire qu’il pensait que la connaissance est affaire de continuelles constructions nouvelles, par interaction avec le réel et et que ces construction ne sont pas préformées: il y a selon sa théorie, créativité continuelle. Ainsi pour PIAGET la connaissance n’est pas préformée ni dans les objets, ni dans les sujets mais qu’il demeure toujours auto-organisation et par conséquent continuelles constructions et reconstructions.

Selon Jean PIAGET, le savoir n’est pas régit par une maturation interne ou un enseignement externe. C’est une construction active dans laquelle l’individu construit progressivement des structures cognitives de plus en plus complexes à travers ses propres activités.

Découvrez dans ce documentaire , Jean PIAGET qui explique les expériences qui lui ont permis de forger sa théorie.

Pour ceux qui souhaitent découvrir de façon simple, les différents stades de développement de PIAGET, je vous invite à découvrir cet article: http://psychiatriinfirmiere.free.fr/infirmiere/formation/psychiatrie/enfant/therapie/piaget.htm

Formation/sensibilisation gratuite en ligne

Quand on exerce en indépendant, la question de la formation professionnelle se pose. Pour actualiser nos pratiques professionnelles et se tenir au fait de ce qui se propose auprès des publics, voici un ensemble de liens vers des sites que j’ai découvert à travers mes recherches. A ma grande surprise, il y a beaucoup de sites d’organismes reconnus , sérieux et engagés qui dispensent des formations professionnelles et des sensibilisations gratuites sur diverses thématiques . Concernant une actualisation de nos connaissances, ces sites suffisent à nous stimuler et à nous faire évoluer dans nos pratiques du quotidien. Ainsi l’adage qu’il faut forcément payer pour avoir un contenu de qualité ne se vérifie pas ici !

Si vous souhaitez vous actualiser sur des techniques ou réflexions d’intervention éducative: vous êtes au bon endroit!

A partager! et à consulter lorsque la curiosité et la soif de connaissance vous prend:

eLeSI ( Formation TSA, déficience intellectuelle, troubles psychiques)

La formation eLeSi propose un module générique de formation sur les publics présentant une déficience intellectuelle, de troubles du spectre autistique et/ou de troubles psychiques, à destination des enseignants, des assistants, des accompagnants, des formateurs, des familles et plus généralement de toute personnes exerçant son activité au contact de ces personnes ;
et
trois modules spécialisés au choix, un par tranche d’âge (0-3 ans, 4-16 ans, 16 ans et +), couvrant les différents aspects de l’inclusion et de la participation des personnes ciblées dans le domaine de la vie sociale.

La formation permet notamment d’acquérir des éléments de connaissance sur l’origine et les conséquences d’une déficience ou d’un trouble ; apprendre à déceler chez une personne des signes des troubles ; savoir observer une situation et identifier des éléments qui favorisent ou entravent son inclusion sociale ;adopter les bonnes attitudes et les bons comportements pour être en mesure de mieux accompagner ces publics. La formation vise également à permettre un changement du regard sur la différence.

Autisme en ligne ( formation inclusion scolaire autisme)

Le projet autisme en ligne s’adresse à des professionnels, notamment des enseignants de classe ordinaire de l’école élémentaire, et vise à mettre à leur disposition une plateforme d’autoformation d’accès gratuit et ouvert.

Il s’agit de diffuser des savoir-faire pédagogiques, didactiques, pour favoriser l’inclusion des élèves présentant un trouble du spectre de l’autisme (TSA). La plateforme autisme-en-ligne.eu peut également être un outil de formation pour les accompagnants des élèves autistes ainsi que pour les parents.

Le contenu de cette plateforme, en français et en anglais, fournit aux professionnels et aux parents des pistes pédagogiques pour travailler auprès des élèves présentant un TSA. Des supports (notamment des vidéos de pratiques avec leur analyse) sont produits à des fins de formation.

Une médiathèque est disponible sur la plateforme, qui reprend les travaux de recherche sur lesquels s’appuie le contenu de formation ainsi que d’autres outils et guides en lien avec les thématiques abordées dans autisme-en-ligne.eu.

Chaine YouTube Point de vue social ( Vlog et émissions sur le médico-social)

Point de vue social est une association d’information et de sensibilisation au milieu du médico-social et des organismes d’aide à la personne en général.

Active depuis 2015, la chaîne YouTube de Point de vue social traite de sujets aussi variés que le travail social, le don du sang, la langue des signes française, la demande d’asile, ou encore l’aide aux sans-abri.

Ecole Lact ( Systémie, gestion de conflit, psychopathologie, Ecole Palo Alto)

LACT – « L’Action pour la Transformation ”-  est un centre d’intervention, de recherche et une école internationale de formation en approche systémique et stratégique par le web.
L’école est spécialisée dans la régulation systémique et stratégique des troubles psychologiques et relationnels individuels ou collectifs.

Les intervenants sont des cliniciens de la relation au croisement de la psychothérapie, de l’accompagnement et du conseil. Ils sont diplômés de l’école de Palo Alto, en approche systémique et coaching stratégique. Au service de la résolution de problèmes complexes, ils participent par l’action au « mieux-être » et « mieux-vivre ensemble ». Ils possèdent une connaissance et une expérience : de la thérapie brève et de la psychopathologie selon le modèle d’intervention systémique et stratégique ainsi que de l’intervention en entreprise (organisations et métiers).

Le site propose des vidéos gratuites et accessibles à tous concernant des sujets divers comme: l’Ecole Palo Alto, Gestion de conflits: étude de cas, Résistance au changement, Comprendre les mécanismes des TOC, Les types de drogues et leurs effets…

Canal autisme ( formation autisme, ABA, Montessori)

Canal Autisme est un site qui propose des formations gratuites concernant l’autisme, l’ABA, et la methode Montessori.

Canal Autisme c’est un dispositif innovant qui vise à faciliter l’inclusion scolaire des enfants autistes en favorisant la formation gratuite des accompagnants (qu’ils soient parents, enseignants, AVS/AESH, paramédicaux et toute autre partie prenante) aux méthodes éducatives, comportementales, et de développement tout en créant une communauté solidaire qui œuvre au partage et à la mise à disposition des ressources.

Voici les formations gratuites proposées par Canal Autisme ( cliquez sur les formations)
Autisme – ABA
Comprendre le fonctionnement autistique et pointer les incidences sur les apprentissages
ABA (Analyse Appliquée du Comportement) – Initiation 
 
La Communication Améliorée et Alternative
Module 1 : les spécificités du langage et de la communication dans les troubles du spectre autistique
Module 2 : les outils de CAA : initiation
Module 3 : les outils de CAA : approfondissement
Créer des liens : des relations de partenariat pour réussir la scolarité et l’inclusion 
 
Prévention et gestion des troubles du comportement
Module 1 : les comportements-défis : analyse, prévention, intervention
Module 2 : les comportements-défis : quand la prévention a échoué, agir sur les conséquences
Module 3 : les comportements-défis : applications spéciales en classe 
 
Approche de la méthode Montessori
Module 1 : vie sensorielle et vie pratique
L’inclusion de quoi est-il question ?
Autisme et handicap : démarche et droits ? 
 
Autisme et enseignement supérieur
Module d’introduction à destination des universités (réalisé en partenariat avec l’Université de Tours)  >> NOUVEAU <<
Module 1 : Sensibilisation & compréhension  >> NOUVEAU <<
Module 2 : Autisme et enseignement supérieur >> NOUVEAU <<

Trouble de la personnalité : Boîte à outils

Lorsqu’on côtoie une personne ayant un trouble de la personnalité ( https://virginieeducatricelarochelle.com/2021/01/31/trouble-de-la-personnalite-borderline-quest-ce-cest/) , on peut y perdre son souffle tant la relation est mise à l’épreuve. Il faut veiller à ne pas s’épuiser professionnellement et garder le cap d’un accompagnement sur une longue durée.

Dans le cadre d’un accompagnement éducatif, j’envisage la relation éducative créée comme une veille et un espace régulateur du quotidien dans le projet plus global de soins :

  • La psychothérapie ( individuelle, de groupe) Le traitement des troubles de la personnalité consiste en une psychothérapie, qui comprend la psychothérapie individuelle et la thérapie de groupe. Les chances de succès de la thérapie sont meilleures lorsque la personne cherche activement un traitement et qu’elle est motivée pour changer. Il faut du temps pour modifier les traits de personnalité problématiques (tels que la dépendance, la méfiance, l’arrogance, et la manipulation), généralement plus d’un an. Une des clés de la modification de ces traits est la psychothérapie individuelle. La psychothérapie peut aider une personne à comprendre dans quelle mesure son trouble de la personnalité est lié aux problèmes qu’elle rencontre. Elle peut également l’aider à apprendre de nouvelles et meilleures façons d’interagir et de surmonter ses problèmes. Le changement se fait en général progressivement.
  • La thérapie de groupe ( thérapie familiale) et la modification du comportement parviennent en général à améliorer le comportement en quelques mois. Les groupes d’entraide ou la thérapie familiale peuvent également contribuer à modifier un comportement inapproprié. L’implication des membres de la famille est utile et souvent indispensable, car ils peuvent se comporter de façon à renforcer ou diminuer le comportement ou les pensées inappropriés.
  • La relation éducative au quotidien, permet selon moi, par l »établissement d’une relation de confiance, l’accomplissement d’actes permettant à la personne d’évoluer et de penser sous un autre angle. Par l’utilisation de médiations mises à disposition par l’éducateur ( sociale, sportive, culturelle, artistique, animale ect…), l’accompagnement éducatif permet à la personne de réinvestir sa vie et de réaliser des petits pas qui jusque là s’avéraient insurmontables.

Les troubles de la personnalité peuvent s’avérer particulièrement difficiles à traiter. Il est donc important de choisir un thérapeute expérimenté, qui ne porte pas de jugement et qui est à même de comprendre l’image que la personne a d’elle-même, ses domaines de sensibilité ainsi que ses façons habituelles de surmonter les difficultés.

Les médicaments peuvent aider à soulager les symptômes à l’origine de la souffrance, tels que la dépression et l’anxiété, et peuvent aider à contrôler certains traits de personnalité tels que l’agressivité. Les médicaments ne peuvent toutefois pas guérir un trouble de la personnalité.

Les effets positif du traitement

Bien que les traitements particuliers diffèrent en fonction du type de trouble de la personnalité, ils visent généralement à :

  • Réduire la souffrance
  • Aider la personne à comprendre que ses problèmes sont internes (non causés par d’autres personnes ou situations)
  • Réduire le caractère inadapté et socialement indésirable du comportement
  • Modifier les traits de personnalité qui causent des difficultés

Le premier objectif du traitement consiste à réduire la souffrance immédiate, due à l’anxiété ou à la dépression par exemple. La réduction de la souffrance facilite le traitement du trouble de la personnalité. Tout d’abord, le thérapeute aide la personne à identifier la source de la souffrance. Il envisage ensuite les moyens de la soulager. Le thérapeute offre des stratégies pour aider la personne à se sortir de situations ou de relations très pénibles (soutien psychosocial). Ces stratégies peuvent impliquer les membres de la famille, les amis, les voisins, des prestataires de soins, et d’autres dans les soins et le soutien de la personne. Les médicaments contre l’anxiété ou la dépression peuvent aider à soulager ces symptômes. Si des médicaments sont administrés, ils le sont idéalement à petite dose et pendant une durée limitée.

Il est essentiel d’aider la personne à comprendre que ses problèmes sont internes, parce que les personnes atteintes d’un trouble de la personnalité ne voient parfois pas que leur propre comportement pose problème. Le médecin essaie d’aider la personne à comprendre que son comportement est inapproprié et qu’il a des conséquences néfastes. Par l’établissement d’une relation médecin-patient fondée sur la coopération et le respect mutuel, le médecin peut aider la personne à mieux prendre conscience d’elle-même et à reconnaître son comportement inapproprié, socialement indésirable. Le médecin peut aussi aider la personne à réaliser que le fait de modifier son comportement ainsi que sa vision d’elle-même et d’autrui nécessitera du temps et des efforts.

Les comportements inadaptés et indésirables (tels que l’imprudence, l’isolement social, le manque d’assurance et les excès d’humeur) doivent être traités rapidement afin de minimiser les conséquences néfastes sur le travail et les relations. Il arrive qu’un médecin se voie obligé de fixer des limites au comportement dans son cabinet. Par exemple, le médecin peut dire à la personne que le fait de crier et de proférer des menaces rend le déroulement d’une séance difficile. Si le comportement est extrême, par exemple, si la personne se montre imprudente, si elle s’isole socialement, si elle a des accès de colère ou des comportements autodestructeurs, elle peut être traitée en hôpital de jour ou dans un établissement résidentiel.

Les changements de comportement sont particulièrement importants chez les personnes présentant l’un de ces troubles de la personnalité :

  1. Borderline
  2. Antisociale
  3. Évitante

Trouble de la personnalité « borderline »: Définition

Intervenant à l’Hôpital psychiatrique, je me suis intéressée à ce trouble car j’accompagnais une personne qui mettait en place des comportements difficiles. J’ai ressenti le besoin de lister les comportements et d’essayer de comprendre le mode de fonctionnement psychique.

Qu’est ce que le trouble de la personnalité limite dit « borderline »?

Environ 10 % des personnes souffrent d’un trouble de la personnalité. En général, ces troubles affectent les hommes et les femmes de manière égale, bien que certains types de troubles de la personnalité affectent un sexe plus que l’autre. Par exemple, le trouble de personnalité antisociale est 6 fois plus fréquent chez les hommes.

Chez la plupart des personnes atteintes d’un trouble de la personnalité, ce dernier ne cause que des problèmes modérés et il s’atténue avec le temps. Certaines personnes, toutefois, présentent de sévères problèmes sociaux et psychologiques qui durent toute la vie.

Les troubles de la personnalité commencent généralement à se manifester à la fin de l’adolescence ou au début de l’âge adulte, mais ils peuvent apparaître plus tôt (au cours de l’enfance). Leur durée est très variable. Certains types de troubles de la personnalité (trouble de la personnalité antisociale ou borderline par exemple) ont tendance à s’atténuer ou à disparaître avec l’âge. D’autres (tels que la personnalité obsessionnelle compulsive ou schizotypique) seront moins susceptibles de le faire. Chez certaines personnes, les symptômes peuvent perdurer, mais ils sont moins sévères.

A l’origine, réside la blessure narcissique primaire provoquant des angoisses de perte et d’abandon. La personne développe une relation à l’autre, de type anaclitique c’est à dire avec « une inclinaison en arrière », qui « se dépose », qui « s’appuie sur ». L’objet ( la personne accompagnante) fait fonction de béquille sur lequel la personne souffrant d’états limites pourra se reposer.

Cette dernière cherche à combattre la dépression en utilisant des mécanismes de défense psychotique:

LE DENI: le sujet refuse de reconnaître la réalité d’une perception ressentie comme menaçante et/ou traumatisante.
LE CLIVAGE: Corrélé au déni, le clivage est une organisation interne du sujet lui permettant de faire exister en lui , deux avis contraires qui auront des destins relativement indépendants mais coexisteront, côte à côte sans s’influencer réciproquement.
LA PROJECTION: la projection consiste chez un sujet à transporter un élément de son espace psychique interne dans un monde qui lui est extérieur : un objet ou une personne.

**********
Le trouble de la personnalité limite dit « borderline » regroupent les comportements observables suivants:

RELATIONS INTERPERSONNELLES INTENSES et INSTABLES: caractérisé par une alternance entre l’idéalisation et la dévalorisation de l’autre
l’IMPULSIVITE: pouvant entrainer la consommation de drogues, des troubles alimentaires, des fugues, des vols
INSTABILITE EMOTIONNELLE: rapide changement d’humeur avec dépression, irritabilité ou anxiété
BREVES PERIODES de DISTORSION DE LA REALITE
CRISE de COLERE INTENSE
MENACE ou GESTE SUICIDAIRE, AUTOMUTILATION
DISTORSION de la PERCEPTION DE SOI
SENTIMENT chronique de VIDE et d’ENNUI
PREOCCUPATION quant à un ABANDON réel ou imaginaire
INCAPACITE A ETRE SEUL: tendance à rechercher la fusion avec l’autre

De façon générale, Il existe 10 types de troubles de la personnalité d’après le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders), 5e édition (DSM-5), publié par l’Association américaine de psychiatrie.

Le trouble borderline fait parti des 10 types de troubles de la personnalité qui sont classés en 3 groupes (A, B, et C). Dans chaque groupe, les différents types partagent certains traits de personnalité essentiels, mais chaque trouble a ses propres caractéristiques distinctives.

Les troubles du groupe A ont pour traits communs une apparence ou un comportement étranges ou excentriques. Il comprend les troubles de la personnalité suivants, avec leurs caractéristiques distinctives :

Les troubles du groupe B ont pour traits communs une apparence ou un comportement excessifs, émotionnels, ou erratiques. Il comprend les troubles de la personnalité suivants, avec leurs caractéristiques distinctives :

  • Antisociale : Irresponsabilité sociale, mépris des autres, tromperie et manipulation des autres à des fins personnelles
  • Borderline : Problèmes de solitude (peur d’être abandonné), de contrôle des émotions, et comportement impulsif
  • Histrionique : Recherche d’attention et comportement excessif
  • Narcissique : Amour-propre fragile, besoin d’être admiré et vision exagérée de sa valeur personnelle (mégalomanie)

Les troubles du groupe C ont pour traits communs l’anxiété ou la crainte. Il comprend les troubles de la personnalité suivants, avec leurs caractéristiques distinctives :

  • Évitante : Éviter les relations personnelles par crainte d’être rejeté.
  • Dépendante : Soumission et dépendance (par besoin d’être pris en charge)
  • Obsessionnelle compulsive : Perfectionnisme, rigidité, et obstination

Dans la seconde partie de l’article: j’évoque les pistes de travail: https://virginieeducatricelarochelle.com/2021/01/31/trouble-de-la-personnalite-boite-a-outils/

Trisomie 21

Maryam Alakbarli 

Le corps humain est constitué de milliards de cellules. Chaque cellule possède généralement 46 chromosomes (23 paires) porteurs de nombreux gènes. Pour les personnes porteuses d’une trisomie 21, on en compte 47, en raison de la présence d’un troisième chromosome 21, au lieu de deux. Selon la nature de l’anomalie chromosomique, les spécialistes distinguent plusieurs formes de trisomie 21 : • La trisomie 21 libre et homogène (95 % des cas) : la personne est porteuse de cellules comportant toutes 47 chromosomes. • La trisomie en mosaïque : la personne concernée est à la fois porteuse de cellules dites “normales” et de cellules comportant 47 chromosomes. • La trisomie par translocation : le troisième chromosome 21 n’est pas libre, mais attaché à un autre chromosome (en général le 14 ou le 22). • La trisomie partielle : une seule partie du chromosome 21 est en surnombre.

La trisomie 21 – parfois appelée syndrome de Down – a été découverte en 1959 par un groupe de médecins français : Marthe Gautier, Jérôme Lejeune et Raymond Turpin. Le terme “trisomie” souligne l’anomalie génétique avec 3 chromosomes – tri – au lieu de deux sur le chromosome 21, d’où l’appellation trisomie 21.

La trisomie 21 est la première cause diagnostiquée de déficience intellectuelle d’origine génétique.

Plusieurs dizaines de millions de personnes seraient porteuses d’une trisomie 21 dans le monde, parmi lesquelles plus de 50 000 en France (enfants et adultes). Aujourd’hui, le seul facteur connu est l’âge de la mère, avec un risque accru à partir de 35-38 ans. Depuis 2017, un nouveau dépistage prénatal peut être réalisé à partir d’une prise de sang effectuée chez la femme enceinte dont le niveau de risque est plus important : il consiste à analyser l’ADN du fœtus en isolant le sang fœtal présent en très faible quantité dans le sang maternel. Ce test sanguin est pris en charge par l’Assurance Maladie.

Chaque personne porteuse d’une trisomie 21 est bien sûr unique et a sa propre personnalité, elle ne se résume pas à son anomalie génétique. Le handicap peut ainsi se manifester de manière très variable selon les personnes. La trisomie 21 se traduit principalement par une déficience intellectuelle généralement légère à modérée, des troubles de la croissance et une insuffisance de la tonicité musculaire associée à une hyperlaxité ligamentaire. L’importance du retard du développement psychomoteur dépend de chaque personne avec un rôle prépondérant joué par l’environnement, l’accompagnement et l’apprentissage dans le développement des capacités, puis de leur maintien.

Certains signes morphologiques sont caractéristiques de la trisomie 21 : un visage rond avec un nez de petite taille, des yeux en amande, des mains et des pieds plutôt petits et une taille inférieure à la moyenne à l’âge adulte.

La personne porteuse de trisomie 21 a besoin d’une surveillance médicale personnalisée dès son plus jeune âge. En effet, tout petit, l’enfant peut souffrir d’une malformation cardiaque ou digestive, de leucémie ou encore d’une forme rare d’épilepsie.
La plupart des problèmes et troubles de santé peuvent heureusement aujourd’hui être dépistés, afin d’être pris en charge et traités précocement. Le suivi médical par des professionnels de santé qualifiés est donc recommandé tout au long de la vie. D’autant plus que les personnes porteuses de trisomie 21 présentent un risque accru de développer certaines pathologies par rapport à la population générale, comme par exemple des maladies infectieuses (otites chroniques), des maladies endocriniennes (hypothyroïdie, diabète), des maladies neurologiques, une apnée du sommeil ou encore un reflux gastro-œsophagien.

Grâce aux nombreux progrès de la médecine et au suivi paramédical régulier, la qualité de vie des personnes avec trisomie 21 s’est considérablement améliorée au cours des dernières décennies et leur espérance de vie dépasse aujourd’hui en moyenne les 50 ans (contre à peine 10 ans au début du XXe siècle). Il est fort probable qu’une personne trisomique sur 10 vivra jusqu’à 70 ans dans les prochaines années. Cela soulève la question d’un accompagnement complexe de personnes présentant, outre l’anomalie chromosomique, des pathologies en relation avec leur vieillissement, comme toute autre personne.

Selon une étude menée il y a quelques années par Perce-Neige et actuellement en cours de mise à jour, près de 50% des résidents accueillis présentant une anomalie génétique sont porteurs d’une trisomie 21. « Nous formons les personnels aux nombreuses pathologies liées à la trisomie 21 comme l’insuffisance musculaire associée à la macroglossie. Elle se traduit par une grosse langue venant obstruer les voies aériennes supérieures. Cela peut provoquer des ronflements, voire des apnées du sommeil qui ont pour conséquence une fatigue généralisée.
La déficience visuelle représente un autre élément clé de surveillance. « La cataracte touche la population vers 70 ans généralement. Pour les personnes trisomiques, c’est beaucoup plus précoce, avec des premiers cas à 40 ans. » Ainsi, les résidents sont régulièrement suivis et, quand cela s’avère opportun, une opération chirurgicale est menée. La trisomie 21 augmente le risque d’être atteint par une myopie . « Compte tenu de l’amélioration de l’espérance de vie des résidents, pouvant atteindre plus de 70 ans, l’objectif de notre accompagnement est de leur permettre de vieillir dans les meilleures conditions. » Le bien-être des personnes représente un élément essentiel de l’accompagnement au quotidien. « Comme les résidents trisomiques ont souvent du mal à exprimer leur douleur, nous leur proposons des outils adaptés à leurs capacités. Nous utilisons par exemple des pictogrammes qui facilitent son évaluation. Quand tout va bien, ils montrent un visage souriant. À l’opposé, s’ils souffrent beaucoup, ils peuvent désigner un visage crispé et l’équipe cherchera alors à les soulager le plus vite possible. »

Cet article est tiré du magazine avril 2020 de l’association Perceneige ( fondée en 1965 par Lino Ventura)

Pour accéder au magasine Perce Neige d’avril 2020 : https://www.perce-neige.org/…/magazine-v5-bd-page-200220-17…