L’injonction paradoxale dans le couple

Contexte d’un couple dont l’homme ne souhaite pas s’engager avec la femme:

Un homme supporte mal son incapacité à s’engager avec la femme pour qui il a des sentiments. Il n’accepte pas chez lui cet état de fait et se sent coupable de ne pas aimer cette femme comme il le voudrait. En résultent les interactions qui suivent: Quand la femme aborde la question de l’engagement et la construction d’un foyer, cela déclenche chez lui une réaction de rejet non verbalisée. Tout en lui disant qu’il l’aime et qu’il souhaite davantage passer de temps avec elle, l’homme manifeste une gêne physique lorsque la femme souhaite passer plus de temps avec lui. Elle lui demande par exemple d’installer quelques affaires chez lui, mais il ne lui accorde pas de place. La femme souhaiterait pouvoir lui prouver son envie d’être avec lui mais elle sent que l’homme n’y tient pas et elle répond alors en conséquence par un éloignement, un départ de chez lui. L’homme interprète cela comme une condamnation et pour y échapper fait croire à la femme que c’est elle qui ne veut pas venir chez lui. La femme réprime alors ses premières impressions de rejet et revient chez l’homme, ce qui déclenche de nouveau une situation de rejet non verbalisé de la part de l’homme qui continue d’émettre des messages paradoxaux.

Le cercle est sans fin et cela s’appelle l’injonction paradoxale, concept développé par la systémie.

Dès les années 1950, l’équipe Bateson avait identifié un phénomène paradoxal auquel elle avait donné l’appellation « double contrainte ». Le schéma en est le suivant : une personne P est engagée avec une autre, A, dans une relation qui a une importance vitale pour elle. A émet de façon récurrente des messages paradoxaux. Si P ne peut ni échapper à la situation ni métacommuniquer elle est prise dans une double contrainte.

La difficulté vient du fait que les messages antinomiques sont sur des plans différents : explicites et/ou implicites, verbaux et/ou non verbaux. Par exemple, dans cet exemple donné ci dessus : « passe plus de temps avec moi » mais le non verbal indique que si la femme vient , l’homme en sera gêné et n’attribuera pas de place à sa compagne.

Particularités

  1. La double contrainte est opérante lorsque la relation est importante pour nous. Son intensité varie selon le lien affectif qui nous lie. Il y a 2 messages contradictoires : le ressenti et le discours de l’homme.
  2. Par ailleurs, on veut répondre de façon « adaptée » aux messages.
  3. On reçoit 2 messages contradictoires.
  4. On ne peut commenter les messages reçus.

Effets sur l’individu

  • La double contrainte empêche toute prise de décision adaptée.
  • Elle génère des sentiments diffus de malaise, d’impuissance, de confusion des idées ou des affects. Elle donne le sentiment d’être en faute ou incompétent, d’être de trop ou spectateur de ce que l’on fait.
  • Elle entraîne la perte de confiance dans son ressenti.
  • Elle provoque des impasses relationnelles, un vécu de castration et des situations non gagnantes.
  • Elle peut rendre a-réactionnel (sans réaction).
  • Elle rend la situation « a priori » insoluble, inextricable.

Lorsque la double contrainte entraîne fréquemment des sanctions (condamné si j’agis et condamné si je n’agis pas), elle conduirait à la psychose. En thérapie familiale, Karine Albernhe note que « la relation de double contrainte ne suppose ni tyran ni victime mais plutôt 2 tyrans-victimes car il est impossible de répondre à une double contrainte sinon par un message aussi paradoxal voire plus ». Par exemple, l’homme qui a des actions en contradiction avec ce qu’il exprime va provoquer un malaise chez la femme qui ressentira l’ambiguïté /douleur de la situation et partira de la situation malgré son envie initiale de rester ce qui influera en retour le comportement de l’homme qui reprochera à la femme d’être parti alors que précisément c’est ce qu’elle ne voulait pas.

La double contrainte consiste précisément à vous demander de concilier des opposés. Pour reprendre l’exemple ci-dessus: Comment allier son désir d’engagement et le rejet non verbalisé de l’autre ?

Comment concilier l’inconciliable ?

Une solution exposée par l’approche systémique est de métacommuniquer.

La métacommunication est un échange d’informations, donc une communication, qui a pour objet la communication en elle-même ou la relation entre les deux personnes communiquant. C’est-à-dire une communication sur la communication.

Le concept de métacommunication a été introduit par Gregory Bateson, Paul Watzlawick et al de l’école de Palo Alto, dès les années 1970.

‘Toute communication présente deux aspects: le contenu et la relation, tels que le second englobe le premier et par suite est une métacommunication.’
Paul Watzlawick.

Comment métacommuniquer ? ( quelques pistes…)

  • en repérant la double contrainte, soit par les mots utilisés soit par les actions réalisées. Soyez attentif au signe annonciateur de ce qu’on appelle une injonction paradoxale, c’est-à-dire une situation dans laquelle vous n’avez aucune possibilité d’éviter une situation d’échec.
  • Ne vous engagez jamais dans une action en étant sûr d’échouer. 
  • Communiquez sur la communication : dévoiler les non-dits, repérez les demandes tacites. Pour dépasser une injonction paradoxale, autorisez-vous à communiquer sur l’absurdité de la demande elle-même.
  • Essayez d’ Adopter un comportement différent : osez l’humour, la métaphore, la créativité, la spontanéité; révélez-vous, c’est l’occasion de montrer votre courage de remettre en question des situations, de révéler votre potentiel.
  • Prenez position, proposez de manière constructive votre façon de faire, de penser. En d’autres termes, prenez votre place, vous allez engranger de la confiance et gagner en autonomie.

Si cela ne fonctionne pas, il est de bon ton, pour sa santé mentale, de se retirer de la relation.

Pour info: Les messages paradoxaux émaillent notre vie quotidienne, dans tous les contextes (entreprise, couple, famille, groupes…). Il est donc difficile d’y échapper. Selon David Cooper (1978), d’un point de vue psychosociologique, c’est le propre de la Société que de créer des doubles contraintes en proclamant par exemple l’autonomie de l’individu tout en le maintenant dans un carcan.

Si les messages paradoxaux existent, il est important de les identifier afin de ne pas se laisser happer dans l’impasse de communication qu’ils engendrent.

Pour un autre exemple d’injonction paradoxale dans le couple :

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. Nina dit :

    Merci pour cet article éclairant 🔆

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s