Trouble de la personnalité : Boîte à outils

Lorsqu’on côtoie une personne ayant un trouble de la personnalité ( https://virginieeducatricelarochelle.com/2021/01/31/trouble-de-la-personnalite-borderline-quest-ce-cest/) , on peut y perdre son souffle tant la relation est mise à l’épreuve. Il faut veiller à ne pas s’épuiser professionnellement et garder le cap d’un accompagnement sur une longue durée.

Dans le cadre d’un accompagnement éducatif, j’envisage la relation éducative créée comme une veille et un espace régulateur du quotidien dans le projet plus global de soins :

  • La psychothérapie ( individuelle, de groupe) Le traitement des troubles de la personnalité consiste en une psychothérapie, qui comprend la psychothérapie individuelle et la thérapie de groupe. Les chances de succès de la thérapie sont meilleures lorsque la personne cherche activement un traitement et qu’elle est motivée pour changer. Il faut du temps pour modifier les traits de personnalité problématiques (tels que la dépendance, la méfiance, l’arrogance, et la manipulation), généralement plus d’un an. Une des clés de la modification de ces traits est la psychothérapie individuelle. La psychothérapie peut aider une personne à comprendre dans quelle mesure son trouble de la personnalité est lié aux problèmes qu’elle rencontre. Elle peut également l’aider à apprendre de nouvelles et meilleures façons d’interagir et de surmonter ses problèmes. Le changement se fait en général progressivement.
  • La thérapie de groupe ( thérapie familiale) et la modification du comportement parviennent en général à améliorer le comportement en quelques mois. Les groupes d’entraide ou la thérapie familiale peuvent également contribuer à modifier un comportement inapproprié. L’implication des membres de la famille est utile et souvent indispensable, car ils peuvent se comporter de façon à renforcer ou diminuer le comportement ou les pensées inappropriés.
  • La relation éducative au quotidien, permet selon moi, par l »établissement d’une relation de confiance, l’accomplissement d’actes permettant à la personne d’évoluer et de penser sous un autre angle. Par l’utilisation de médiations mises à disposition par l’éducateur ( sociale, sportive, culturelle, artistique, animale ect…), l’accompagnement éducatif permet à la personne de réinvestir sa vie et de réaliser des petits pas qui jusque là s’avéraient insurmontables.

Les troubles de la personnalité peuvent s’avérer particulièrement difficiles à traiter. Il est donc important de choisir un thérapeute expérimenté, qui ne porte pas de jugement et qui est à même de comprendre l’image que la personne a d’elle-même, ses domaines de sensibilité ainsi que ses façons habituelles de surmonter les difficultés.

Les médicaments peuvent aider à soulager les symptômes à l’origine de la souffrance, tels que la dépression et l’anxiété, et peuvent aider à contrôler certains traits de personnalité tels que l’agressivité. Les médicaments ne peuvent toutefois pas guérir un trouble de la personnalité.

Les effets positif du traitement

Bien que les traitements particuliers diffèrent en fonction du type de trouble de la personnalité, ils visent généralement à :

  • Réduire la souffrance
  • Aider la personne à comprendre que ses problèmes sont internes (non causés par d’autres personnes ou situations)
  • Réduire le caractère inadapté et socialement indésirable du comportement
  • Modifier les traits de personnalité qui causent des difficultés

Le premier objectif du traitement consiste à réduire la souffrance immédiate, due à l’anxiété ou à la dépression par exemple. La réduction de la souffrance facilite le traitement du trouble de la personnalité. Tout d’abord, le thérapeute aide la personne à identifier la source de la souffrance. Il envisage ensuite les moyens de la soulager. Le thérapeute offre des stratégies pour aider la personne à se sortir de situations ou de relations très pénibles (soutien psychosocial). Ces stratégies peuvent impliquer les membres de la famille, les amis, les voisins, des prestataires de soins, et d’autres dans les soins et le soutien de la personne. Les médicaments contre l’anxiété ou la dépression peuvent aider à soulager ces symptômes. Si des médicaments sont administrés, ils le sont idéalement à petite dose et pendant une durée limitée.

Il est essentiel d’aider la personne à comprendre que ses problèmes sont internes, parce que les personnes atteintes d’un trouble de la personnalité ne voient parfois pas que leur propre comportement pose problème. Le médecin essaie d’aider la personne à comprendre que son comportement est inapproprié et qu’il a des conséquences néfastes. Par l’établissement d’une relation médecin-patient fondée sur la coopération et le respect mutuel, le médecin peut aider la personne à mieux prendre conscience d’elle-même et à reconnaître son comportement inapproprié, socialement indésirable. Le médecin peut aussi aider la personne à réaliser que le fait de modifier son comportement ainsi que sa vision d’elle-même et d’autrui nécessitera du temps et des efforts.

Les comportements inadaptés et indésirables (tels que l’imprudence, l’isolement social, le manque d’assurance et les excès d’humeur) doivent être traités rapidement afin de minimiser les conséquences néfastes sur le travail et les relations. Il arrive qu’un médecin se voie obligé de fixer des limites au comportement dans son cabinet. Par exemple, le médecin peut dire à la personne que le fait de crier et de proférer des menaces rend le déroulement d’une séance difficile. Si le comportement est extrême, par exemple, si la personne se montre imprudente, si elle s’isole socialement, si elle a des accès de colère ou des comportements autodestructeurs, elle peut être traitée en hôpital de jour ou dans un établissement résidentiel.

Les changements de comportement sont particulièrement importants chez les personnes présentant l’un de ces troubles de la personnalité :

  1. Borderline
  2. Antisociale
  3. Évitante