Est ce que je peux être moi ou est ce que je dois être toi? Héritage familial, boite à outils pour aller mieux…

Nos origines et héritages sont de grands pourvoyeurs de stress. En ce sens , connaître, analyser et nettoyer notre généalogie ou système familial est un exercice bénéfique pour nous même et pour tous les membres de notre famille présente, passée, et à venir. Ce travail transforme le passé douloureux consommateur d’énergie en présent vivant créateur de liens harmonieux. Vous pouvez trouvez la première partie de mon article décrivant l’héritage familial ici: https://virginieeducatricelarochelle.com/2021/01/02/est-ce-que-je-peux-etre-moi-ou-est-ce-que-je-dois-etre-toi-lheritage-familial-en-question/

A vous de puiser dans la boite à outils suivante, toute l’inspiration du changement que je vous souhaite :

  1. Dressez votre génosociogramme: faites vous accompagner par un professionnel
  2. Nettoyer votre système familial: Libérez les sauveteurs, les victimes et les persécuteurs et rendre les fardeaux à qui de droit: l’outil de la lettre à ne pas envoyer est ici à conseiller
  3. Retracez votre trajectoire personnelle de stress: retracez les circonstances et environnement de votre conception, la trajectoire de votre petite enfance, enfance, adolescence et vie personnelle, amoureuse et professionnelle vécue jusqu’ici: faites vous accompagner par un professionnel
  4. Déployez votre potentiel et mettez vos talents en action: La plus belle rencontre que vous puissiez faire c’est vous-même. Être bien avec soi-même est la seule voie pour être bien avec les autres. C’est un puissant anti-stress. Offrez-vous un bonne hygiène de vie en évitant les excitants, en pratiquant une activité physique, culturelle, artistique en vous fixant des défis . Prenez le temps pour vous chouchouter. Apprenez à écouter votre corps et votre psychisme. Eliminez les situations conflictuelles. Engagez vous dans une cause… Entrainez vous à vous libérer de vos conditionnements: établissez des listes de ce que vous souhaitez conserver et ce que vous souhaitez changer, établissez des actions à réaliser en lien avec la première liste, acceptez ce qui est et ce qui a été, choisissez de vous libérer des répétitions transgénérationnelles, visitez les lieux concernés par votre histoire familiale pour les rendre à la vie, incluez tous ceux qui ont été abandonnés ou exclus, remerciez pour l’énergie que vous recevez de vos ancêtres, faîtes la paix dans vos relations passées et présentes, prenez vos responsabilités de créateur(trice) de votre vie …. Pour faire équipe au mieux avec votre stress, tenez un journal de stress.
  5. Préceptes anti-stress au quotidien: privilégiez ce qui vous donne un sentiment d’accomplissement et de joie, faites attention à vous, soyez à l’écoute de vos besoins, constituez-vous un album de photos de souvenirs heureux, aimez-vous et aimez les autres: faites de ce sentiment le but et l’expression primordiale de votre existence ect…
  6. Améliorez votre communication: utilisez la reformulation afin d’éviter un maximum les distorsions de compréhension et d’interprétation et générateur de stress.
  7. Osez prendre votre place en ayant un objectif de vie à long terme: Echangez la montre pour la boussole: il n’y a jamais d’urgence, il n’y a que des gens pressés. Savoir où vous choisissez d’aller est un puissant anti-stress: Guidez vous avec quelques questions comme par exemple: quelle est la personne que vous aurez plaisir à être à 75, à 85 ,à 95 à 105 ans?/ quelles sont les valeurs, qualités sur lesquelles vous voulez être connu(e) et reconnu (e)?/ Décrivez vous en termes d’être, de valeurs, de mode de vie, d’environnement, de réalisation de soi, de rencontres, d’accomplissement…
  8. Autorisez-vous à quitter le système des attentes
  9. Reconnaissez le rôle que vous jouez dans votre famille
  10. Evitez le stress des systèmes : Listez tous les systèmes auxquels vous devez vous soumettre, analyser les contraintes qu’ils font peser sur vous et éliminez votre participation aux systèmes trop stressant, votre santé en dépend!
  11. Faites pétiller votre vie en évoluant dans votre zone de risque

En prenant votre vie en main, vous devenez consciemment créatreur(trice) de votre monde. Transformez vos fragilités en force en nettoyant vos lignées familiales. Fabriquez votre propre outils anti-stress et partagez-les. Plus nous ferons pétiller nos vies, plus nous évoluerons harmonieusement ensemble dans des systèmes équilibrés ou en voie d’équilibrage!

Vous pouvez retrouvez l’intégralité du détail de ces outils dans l’ouvrage écrit par Bernadette PICAZO  » Pour en finir avec les problèmes de stress », édition Chiron 2013. C’est un ouvrage qui aborde de façon originale le stress, par l’outil de la psychogenealogie, avec des conseils très pratiques, je vous le recommande chaleureusement!

Est ce que je peux être moi ou est ce que je dois être toi? L’héritage familial en question…

« Nos héritages ne sont pas uniquement constitués de meubles, de propriétés, de terres ou d’argent. Nos ascendants nous transmettent leurs fardeaux, leurs non-dits, des secrets, des fantômes, des évènements non achevés et des traumatismes. Ce sont autant de stress s’installant dans notre quotidien et dont nous ne mesurons pas les conséquences dans nos vies. Notre besoin d’appartenance à notre famille nous fait continuer et répéter ce que nous croyons ou percevons inconsciemment comme une obligation ou un geste de fidélité familiale.

Vivre c’est souffrir mais souffrir n’est pas vivre . Nous avons besoin de nous libérer des souffrances héritées, pour accéder à la réalisation de soi et être nous-mêmes. Porter le fardeau des autres perturbe gravement notre système de régulation. C’est un stress qui nous coûte de l’énergie et nous oblige à résister en permanence. Carl Gustav JUNG a démontré que l’individuation, la pulsion à devenir soi-même, le besoin de se réaliser animait chacun d’entre nous.

La psychogénéalogie est une des voies de libération des scénarios du passé menant à l’individuation. Notre génosociogramme sur 4 ou 5 générations nous offre la possibilité de découvrir notre histoire familiale et d’y rechercher ceux qui ont tenté de se réaliser. Si nos ancêtres se sont accomplis, nous n’avons qu’à suivre la grande avenue déjà ouverte et à mettre nos pas dans les leurs. Notre individuation est alors aisée.

Dans le cas contraire, certains d’entre nous doivent d’abord réparer le système familial avant de se réaliser eux-mêmes. Dans un premier temps, nous héritons de la vie de labeur ou l’échec de nos aïeux et nous reprenons inconsciemment leur fardeau par fidélité familiale. Les malheurs et injustices qui n’ont pas permis à nos ascendants de se réaliser doivent être entendus. Ce mouvement constitue un des premiers obstacles à lever sur le chemin de la réalisation de soi. L’énergie bloquée dans les valises des autres, que nous portons sans le savoir, attend que nous la libérions.

Porter, conserver les fardeaux des autres par amour, nous condamne à les répéter. Nous nous identifions à ceux qui les ont vécus et nous ne vivons pas notre vie. Le refus d’écouter notre inconscient nous met à sa merci, par le retour du refoulé. Avoir peur de vivre, c’est préférer rester dans un malheur connu plutôt que de changer et de chercher un bonheur inconnu.

De génération en génération, les secrets, les non-dits et le silence sont des violences faites aux systèmes familiaux, à la circulation de l’énergie et de l’amour entre les êtres.

Un évènement plus ou moins grave ou honteux peut devenir un secret entouré de non -dits. il est tabou, interdit, d’en parler. Son évocation par les membres de la famille et du groupe équivaut à une faute grave ou à une trahison pouvant aller jusqu’à l’exclusion du groupe. C’est une sorte d’omerta. Les mots concernant l’évènement sont soigneusement évités par fidélité ou par peur de celui ou de celle qui impose sa volonté aux autres.

La famille ou le groupe doit alors se disperser, car bloquer des énergies équivaut à figer tous les échanges dans le système. Il y a risque d’extinction de la lignée, de dissolution du collectif. Pour les membres du système, seul l’éloignement permet de mener une vie presque normale. Dès qu’ils reviennent ou entre en contact avec le système blessé, ils risquent d’être atteints eux mêmes. Dans tous les cas, la joie de vivre et la paix intérieure n’existent plus. la loi du silence est une très forte source de stress intense.

Le silence, les non-dits et le secret sont des maladies de la communication, des « mal à dire », sources de stress et de maladies physiques et mentales. » Bernadette ¨PICAZO ( Pour en finir avec les problèmes de stress, édition CHIRON, 2013)

Mais alors comment faire? Il faut penser à vous et à votre vie. Dans la seconde partie de mon article je vous apporte une boite à outils : https://virginieeducatricelarochelle.com/?p=1121